Le webdocumentaire, ce n’est pas seulement aborder un sujet de manière interactive, c’est surtout créer une expérience de jeu, où le public deviendra acteur de son contenu.

Raconter une histoire de manière interactive impose de réfléchir à de nouveaux procédés de narration. Chaque histoire étant unique, chaque narration fera appel à de nouvelles techniques. Créer un webdocumentaire ou un récit narratif impose de pouvoir se mettre à la place du public, de se mettre en danger.

Aujourd’hui, le webdocumentaire ou les petites oeuvres multimédias (POM) sont devenus abordables grâce à l’utilisation de logiciels dédiés à leur création, tels que Wonda VRRacontr ou Klynt. Des logiciels que nous connaissons très bien puisque nous les utilisons depuis leur début. Nous donnons d’ailleurs des formations sur leur utilisation depuis plusieurs années.

Créer un webdocumentaire implique de pouvoir réfléchir de manière non-linéaire. Vous devez pouvoir créer une expérience où le public évolue au fil de l’histoire, dans le cadre que vous lui donnez. C’est là tout l’enjeu : créer une histoire passionnante, visuellement attractive, interactive, où l’on a l’impression d’une liberté totale. Mais cette liberté totale ne devrait pas être réellement totale, et c’est là tout l’enjeu : donner un sentiment de liberté au public, tout en l’accompagnant dans votre récit, afin qu’il arrive à suivre votre histoire sans se perdre.

Un webdocumentaire commence d’abord par une histoire, développée en storyboard. C’est à partir de cette ébauche de récit que l’on va pouvoir construire ce que l’on appelle « l’expérience utilisateur ». Se mettent alors en place divers métiers : graphistes, développeurs, journalistes, experience designers, réalisateurs, monteurs, photographes, etc. Créer un webdocumentaire suppose le mélange de plusieurs médias, et utilise donc les compétences de plusieurs métiers.